L’innovation RH est-elle vraiment innovante ?

Jeremy Lamri
8 min readNov 9, 2023

De plus en plus, l’innovation est citée comme le moteur principal de la croissance et de la compétitivité pour les entreprises. Le domaine des Ressources Humaines n’est pas en reste, et de nombreuses initiatives y sont régulièrement lancées sous l’étiquette de l’innovation. Rien qu’en France, on compte plus de 900 startups de la HR Tech ! Cependant, une question demeure : l’innovation en RH est-elle vraiment innovante ?

[Article rédigé le 3 novembre 2023, par Jeremy Lamri avec le support de l’algorithme Open AI GPT-4 pour environ 20%. Images créées avec Adobe Firefly 2 Beta, tous droits réservés, 2023].

Le secteur des RH est crucial pour toute organisation, car il est au cœur de la gestion des talents, de la culture d’entreprise et de l’efficacité opérationnelle. Ainsi, lorsque l’on parle d’innovation RH, les enjeux sont élevés. Les initiatives telles que la dématérialisation des fiches de paie, la digitalisation du processus de pose de congés, la réduction du temps d’embauche, ou encore l’adoption de plateformes de e-learning sont souvent citées comme des exemples d’innovation. Adopter des technologies et des méthodes modernes est-il synonyme d’innovation, ou cela reflète-t-il simplement une adaptation nécessaire aux normes actuelles du marché ?

La perception de l’innovation dans la fonction RH

Avant d’envoyer l’innovation RH au tribunal de la bienpensance, on peut au moins prendre un instant pour rappeler que l’innovation n’est pas un concept monolithique.

Tout d’abord, on peut comparer innovation technologique et innovation managériale. L’innovation technologique dans les RH se rapporte à l’adoption et à l’intégration de nouvelles technologies destinées à améliorer les processus et services RH. Ce qui inclut par exemple les systèmes d’information RH (nos bons SIRH), les plateformes d’apprentissage en ligne, et les outils d’analyse prédictive. L’innovation managériale, quant à elle, concerne l’adoption de nouvelles méthodes de gestion des ressources humaines, comme de nouvelles stratégies de recrutement, des structures organisationnelles améliorées ou des politiques de bien-être au travail innovantes. Elle vise à optimiser la gestion des talents, l’engagement des employés et la culture d’entreprise.

Ensuite, on peut également différencier innovation incrémentale et innovation disruptive. L’innovation incrémentale consiste en des améliorations continues apportées aux processus, produits ou services existants. Dans les RH, cela peut inclure l’amélioration des processus de recrutement ou la modernisation des systèmes d’évaluation des performances. L’innovation disruptive, en revanche, représente des changements radicaux qui bouleversent les pratiques existantes et peuvent redéfinir les normes de l’industrie. Par exemple, l’introduction de structures organisationnelles totalement nouvelles ou de technologies de pointe comme l’intelligence artificielle dans la gestion des talents.

Mesure de l’innovation

Les indicateurs d’innovation dans les RH peuvent varier, mais ils peuvent inclure des mesures telles que la réduction du temps d’embauche, l’amélioration de l’expérience des employés, la réduction des coûts administratifs, ou l’augmentation de la satisfaction des employés. L’évaluation de l’impact des initiatives innovantes sur l’attraction et la rétention des talents, ainsi que sur la performance organisationnelle, peut également servir d’indicateur d’innovation.

En comparant l’innovation dans les RH avec celle d’autres secteurs ou fonctions de l’entreprise, on peut obtenir une meilleure compréhension du niveau d’innovation. Par exemple, les RH sont-ils en retard en termes d’adoption technologique par rapport aux secteurs comme le marketing ou la finance ? Analyser les tendances et les cas d’innovation réussie dans d’autres domaines peut également fournir des insights précieux et stimuler l’innovation dans les RH.

À travers cette analyse de la définition et de la mesure de l’innovation, on peut commencer à dépeindre un tableau plus clair de l’état actuel de l’innovation dans le domaine des RH, et ainsi, établir une base solide pour explorer les opportunités et les défis associés à l’innovation dans ce secteur crucial. Néanmoins, l’adoption de technologies, bien que cruciale, soulève également des questions sur ses implications humaines. Comment penser la digitalisation des processus RH en assurant le bon équilibre entre la technologie et l’interaction humaine ?

Leviers et barrières à l’innovation RH

L’innovation dans le domaine des Ressources Humaines (RH) s’inscrit dans un paysage complexe où divers éléments interagissent et parfois se contrecarrent. Je pourrais disserter des heures sur ce qui limite l’adoption de l’innovation RH, mais ce ne serait pas forcément rendre service au marché. Je propose ici plutôt un condensé structuré et analytique des bloqueurs et ralentisseurs du marché de l’innovation RH. Les barrières à l’innovation RH peuvent être envisagées à travers plusieurs prismes : organisationnel, technologique, réglementaire et socioculturel.

Barrière organisationnelle

  • Culture organisationnelle : une culture organisationnelle rigide ou résistante au changement peut constituer un frein majeur à l’innovation. Une culture qui valorise la conformité et la routine peut étouffer la créativité et la prise d’initiative nécessaires à l’innovation.
  • Structures hiérarchiques : des structures hiérarchiques rigides peuvent entraver la communication et la collaboration transversale, éléments clés pour favoriser l’innovation. L’innovation thrives dans des environnements où les idées peuvent circuler librement et être testées sans crainte de répercussion.

Barrière technologique

  • Compétences technologiques : le manque de compétences technologiques peut empêcher les organisations de comprendre, d’adopter ou d’intégrer efficacement les nouvelles technologies qui peuvent catalyser l’innovation en RH.
  • Infrastructures technologiques : des infrastructures technologiques obsolètes ou inadéquates peuvent constituer une barrière à l’adoption de nouvelles solutions innovantes. Oui, on parle notamment des enjeux de data RH ici…

Barrière réglementaire

  • Conformité et réglementations : les exigences réglementaires, surtout en matière de gestion des données et de protection de la vie privée, peuvent limiter la capacité des RH à innover. La nécessité de se conformer à des réglementations strictes peut réduire l’espace pour l’expérimentation et l’adoption de nouvelles pratiques.

Barrière socioculturelle

  • Perceptions et attitudes : les attitudes et perceptions négatives envers le changement ou la technologie peuvent créer une résistance à l’innovation. Cela peut être exacerbé si les innovations perçues menacent des valeurs socioculturelles ou des normes établies dans l’organisation ou dans la société en général.
  • Engagement des parties prenantes : l’engagement insuffisant des parties prenantes, qu’il s’agisse des employés, des dirigeants ou des partenaires externes, peut aussi entraver l’innovation. L’innovation en RH n’est pas seulement l’affaire des RH, mais nécessite une collaboration étroite entre différents acteurs.

Barrière des ressources

  • Ressources financières : les contraintes budgétaires peuvent également entraver l’innovation en limitant la capacité des RH à investir dans de nouvelles technologies ou formations.

Dans l’analyse de ces barrières, il est fondamental de reconnaître la nature multifacette de l’innovation RH. Chaque barrière mentionnée peut interagir avec les autres, créant ainsi un réseau complexe de défis à surmonter. Toutefois, en reconnaissant et en comprenant ces barrières, les organisations sont mieux équipées pour développer des stratégies efficaces pour surmonter ces obstacles et favoriser un environnement propice à l’innovation. Plus encore, cette exploration souligne l’importance de l’approche systémique et holistique dans la démarche d’innovation, une démarche qui ne se limite pas à une dimension, mais qui englobe l’ensemble des dimensions qui façonnent l’écosystème RH.

Conclusion

En prenant du recul sur l’innovation appliquée à un domaine aussi complexe que l’organisation du travail, nous nous trouvons face à une pluralité de dimensions qui s’entrecroisent et se nourrissent mutuellement. La technologie, les compétences et la réglementation constituent les piliers sur lesquels repose la dynamique de l’innovation. Cependant, cette dynamique est également insérée dans un tissu sociétal et organisationnel plus large, reflétant et, à son tour, influençant les valeurs, les attentes et les aspirations de la société.

L’innovation RH ne se résume pas à l’adoption de nouvelles technologies ou à la mise en œuvre de pratiques managériales avancées; elle est également le reflet d’un dialogue continu entre l’organisation et son environnement, un processus d’adaptation et de transformation qui vise à répondre aux défis émergents et à anticiper les futurs besoins.

Du point de vue sociologique, l’innovation RH peut être perçue comme un miroir des changements sociétaux. Elle incarne les tensions entre l’individu et l’organisation, entre l’autonomie et la structure, et entre la créativité et la conformité. Elle reflète également les aspirations de la société pour des organisations plus inclusives, équitables et humaines. Philosophiquement, l’innovation RH invite à une réflexion profonde sur la nature du travail, la valeur de l’humain dans l’organisation et l’équilibre entre l’efficacité organisationnelle et le bien-être individuel. Elle pose la question de l’essence de l’innovation : est-elle un moyen pour atteindre une fin, ou une fin en elle-même ?

L’exploration des facettes de l’innovation RH est un appel à une compréhension plus nuancée des forces à l’œuvre et des enjeux en jeu. Elle souligne la nécessité d’une approche holistique, qui ne se limite pas à la dimension technologique ou managériale, mais qui embrasse une perspective plus large, incluant les dimensions sociologiques, éthiques et humaines de l’innovation.

Pour naviguer dans les eaux complexes de l’innovation RH, il est impératif d’adopter une vision éclairée, de développer des compétences adaptées et de cultiver une ouverture d’esprit face aux défis et aux opportunités qui se présenteront. L’innovation RH est un terrain fertile pour l’exploration continue, et chaque initiative, chaque succès, et chaque échec, est une étape précieuse dans la quête incessante d’organisations plus résilientes, agiles et humaines.

[Article rédigé le 3 novembre 2023, par Jeremy Lamri avec le support de l’algorithme Open AI GPT-4 pour environ 20%. Images créées avec Adobe Firefly 2 Beta, tous droits réservés, 2023].

— —

Suivez mon actualité avec Linktree

Les choix que nous faisons aujourd’hui déterminent le futur dans lequel nous vivrons demain. Suivez-moi pour réfléchir ensemble aux grands enjeux qui structurent le travail et la société jour après jour. Abonnez-vous à la newsletter dédiée que je tiens sur le sujet, etutilisez les ressources de Tomorrow Theory :

--

--

Jeremy Lamri

CEO @ Tomorrow Theory. HRTech & EdTech entrepreneur, researcher and author. Find me on https://linktr.ee/jeremylamri